Profession : infirmier de pratique avancée (IPA)

En 2018, les pouvoirs publics français ont choisi d’autoriser et d’encadrer un nouveau métier : les infirmiers de pratique avancée, ou IPA.

Ce métier existe déjà dans d’autres pays (Etats-Unis, Canada, Australie, Irlande, etc.), qui ont pour point commun une offre médicale limitée, voire en diminution.

Consulter le rapport de l’OCDE sur les IPA paru en 2010 (en anglais uniquement)

Le gouvernement français avance les objectifs suivants quant à la création de cette nouvelle spécialité :

  • améliorer l’accès aux soins ainsi que la qualité des parcours des patients en réduisant la charge de travail des médecins sur des pathologies ciblées

  • favoriser la diversification de l’exercice des professionnels paramédicaux

  • déboucher sur le développement des compétences vers un haut niveau de maîtrise

Deux décrets et trois arrêtés encadrant l'exercice infirmier en pratique avancée ont donc été publiés au Journal Officiel (JO) le 19 juillet 2018.

En savoir plus sur les textes officiels

Article sur les IPA sur le site du Ministère des solidarités et de la santé

 

Un infirmier de pratique avancée, qu’est-ce que c’est ?

L’Infirmier de Pratique Avancée (IPA) est formé à la gestion des situations complexes. Il travaille obligatoirement dans une équipe coordonnée par un médecin et en complémentarité avec ce dernier. Il dispose cependant d’une réelle autonomie auprès des patients dont il assure le suivi.

Les infirmiers formés et diplômés IPA peuvent donc assurer des missions élargies par rapport à leur pratique initiale : orientation, éducation, prévention, dépistage, actes d'évaluation, actes techniques ou de surveillance clinique. La décision de proposer ce suivi infirmier doit être prise par le médecin du patient après étude de son dossier médical.

Plus précisément, les domaines d’intervention d’un IPA sont les suivants :

  • actes techniques qu'il peut effectuer sans prescription médicale et dont il peu interpréter les résultats
  • actes de suivi et de prévention pour les pathologies dont il assure le suivi
  • prescription de certains dispositifs médicaux
  • prescription de certains examens de biologie médicale
  • renouvellement ou adaptation de prescriptions pour les pathologies dont il assure le suivi

Les pathologies que l'IPA peut suivre sont précisées par la législation :

  • Pathologies chroniques stabilisées ; prévention et polypathologies courantes en soins primaires : accident vasculaire cérébral ; artériopathies chroniques ; cardiopathie, maladie coronaire ; diabète de type 1 et diabète de type 2 ; insuffisance respiratoire chronique ; maladie d'Alzheimer et autres démences ; maladie de Parkinson ; épilepsie.
  • Oncologie et hémato-oncologie
  • Maladie rénale chronique, dialyse, transplantation rénale

Une fois formé, l’IPA conserve son statut d’IDE.

 

Quelle est la différence entre un IPA et un infirmier Asalée ?

L’IPA et l’infirmier Asalée exercent tous deux missions élargies par rapport au métier d’IDE et travaillent en étroite collaboration avec les médecins. Toutefois, les missions concernées ne sont pas les mêmes : l'infirmier Asalée réalise notamment beaucoup d'éducation thérapeutique du patient (ETP). Par ailleurs, les formations qui mènent à ces deux métiers sont différentes.

  • La formation Asalée est réalisée par l'association Asalée et ne débouche pas sur un diplôme d'Etat. Elle permet à l'infirmier de participer au dispositif de coopération décrit ci-dessous.
  • La formation IPA est dispensée par les universités et débouche sur l'obtention du Diplôme d’Etat d’Infirmier de Pratique Avancé (DEIPA).

ASALÉE (Action de SAnté Libérale En Equipe) a été créé en 2004 pour améliorer la prise en charge des maladies chroniques en médecine de ville. ASALÉE est un dispositif de coopération et permet des délégations d'actes ou d'activités des médecins généralistes vers des infirmier(e)s de santé publique. Ces infirmier(e)s sont en charge de l’éducation thérapeutique du patient (ETP), de dépistages et de suivis de patients souffrants de certaines maladies chroniques.

Le protocole de coopération couvre les champs suivants :

  • Dépistage et suivi du diabète de type 2 (prescriptions examens par l’infirmier(e), ETP)
  • Suivi des patients à risque cardio-vasculaire (prescriptions ECG par l’infirmier(e), ETP)
  • Dépistage de la BPCO et suivi du patient tabagique (prescription spirométrie par l’infirmier(e), ETP)
  • Repérage des troubles cognitifs (réalisation de tests par l’infirmier(e), proposition d'accompagnement)

Dans le cadre de son activité, infirmier(e) Asalée accède au dossier patient du médecin et le médecin et infirmier(e) ont régulièrement des points d’échange autour du patient.

En savoir plus sur l’étude de l’Irdes de 2018 sur les binôme infirmiers-médecins Asalée



Comment devenir IPA ? Quelles modalités de formation en Pays de la Loire ?

Le Diplôme d’Etat d’Infirmier de Pratique Avancé (DEIPA) confère un grade Master. Il est possible d’y accéder par validation d’acquis de l’expérience. Un infirmier peut se former pour devenir IPA lorsqu’il a acquis au minimum 3 ans d’expérience professionnelle en tant qu’IDE.

En Pays de la Loire, cette formation est actuellement proposée par l’Université de Nantes. L’université d’Angers et l'université de Tours proposent également une formation IPA pour la rentrée 2019/2020. Pour plus d’information sur ces formations, veuillez directement contacter les universités.

Université de Nantes

ipa@univ-nantes.fr
Tél: 02.72.64.11.34

En savoir plus sur la formation sur le site de l’Université

Université d’Angers

Contacter Mme Francine HERBRETEAU : frherbreteau@chu-angers.fr 

En savoir plus sur la formation sur le site de l'Université d'Angers

Consultez la plaquette de présentation de la formation

Candidater en ligne pour la session du DEIPA des Universités d'Angers et Tours

Accompagnement financier des formations

Au niveau national, l’accompagnement financier des formations IPA ne dispose pas de réponse réglementaire arrêtée à ce jour.

En Pays de la Loire, l'ARS prévoit :

  • un financement socle de 10 600 euros pour chaque année de formation
  • un financement additionnel : la participation est portée à 21 200 euros pour les candidatures qui s’inscrivent dans un projet professionnel porté et soutenu par une équipe de soins primaire (Maison de santé, ESP-CLAP ou centre de santé pluri professionnel)

En savoir plus sur les modalités de candidature

 

Quelle place pour l’IPA au sein d’une équipe de soins primaires ?

Les équipes de soins primaires, notamment les Maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP), expérimentent et développent au quotidien la complémentarité pluriprofessionnelle. Ce sont donc, en toute logique, des lieux particulièrement favorables aux prises en charge coordonnées avec des infirmiers IPA, qui pourront y trouver leur place parmi les autres professionnels de santé.

Cette place est variable en fonction de la composition de l'équipe, de ses besoins, des besoins de la patientèle : chaque MSP peut inventer ses propres protocoles de prise en charge, le modèle n'est pas figé !

Bon à savoir : l’accueil d’un étudiant IPA en MSP est soumis à convention entre la MSP, l’étudiant et l’université, le Maître de stage devant être médecin généraliste.